Gestion des risques psycho-sociaux et bien-être au travail

Une utopie ? Une obligation légale ? Une question d’organisation ?

Les employeurs sont soumis à une législation précise (loi du 4 août 1996 complété par l’AR du 27 novembre 2015) qui les obligent à mener une politique de prévention des risques psycho-sociaux.

Lors de cette formation, les grands axes de cette législation seront rappelés. Nous présenterons également plusieurs grilles d’analyses des risques psycho-sociaux et leurs indications.
Nous aborderons les deux cas de figure qui nécessitent des approches différentes : l’analyse a priori, quand il n’y a pas de problème particulier, et l’analyse a posteriori qui est réalisée à la suite d’un problème (accident, demande formelle au SPMT, ...).
Nous verrons pourquoi il est nécessaire de ne pas s’arrêter aux diagnostics et solutions individuels mais de mener une analyse organisationnelle approfondie.

Dans la foulée de l’application de cette loi, mais dans une perspective différente, se développe un important mouvement pour promouvoir la « qualité de vie au travail » (QVT). Cette approche de la santé au travail, séduisante, ne remplace pas la politique de prévention des risques, elle la complète. Elle aura du sens si on ne se contente pas d’un effet cosmétique mais qu’on en profite pour traiter les vrais problèmes organisationnels et relationnels. Ce sont eux, en effet, qui risquent d’engendrer dysfonctionnements, accidents, stress, démotivation…

Qu’en est-il par conséquent du fonctionnement des services de l’aide à la jeunesse par rapport à ces notions de gestion des risques et de qualité de vie ?
Dans quelle mesure, cette notion de qualité de vie des travailleurs est-elle compatible avec la poursuite des missions à l’égard des bénéficiaires des services d’aide à la jeunesse ?

Cette formation apportera des réponses juridiques et traitera de problèmes très concrets qui se posent sur le terrain.

 

Modules Lieux Dates Places disponibles  
A ce jour, aucune date n'a été prévue pour cette formation.